maisons des Obscurs

•  Les maisons des gens modestes se remarquent peu. D’abord parce qu’elles se fondent dans le paysage obscursen raison de leurs matériaux locaux, extraits du sol : la terre, la brique, le silex, le bois. Ensuite, parce qu’elles sont petites. De la roulotte de berger au pavillon en parpaings, la surface est comptée …

… L’association Patrimoine(s) s’est intéressée à ces habitats des « anonymes et des sans-grade », bâtis en Normandie entre 1850 et 1950. L’échantillon choisi, volontairement modeste, comprend une vingtaine de maisons représentatives des métiers de l’époque : tisserands, pêcheurs, garde-barrières, instituteurs, ouvriers … Les abris les plus humbles sont représentés : gobes des falaises de Dieppe, loges des sabotiers dans la forêt de Lyons, châlits et paillasses dans les étables. Mais aussi les plus sophistiquées dans la simplicité : maisons d’ouvriers primées à l’Exposition universelle (Bolbec), cités-jardins du Trait ou encore prototypes comme les maisons métalliques ou la maison de Le Corbusier à Saint-Nicolas-d’Aliermont.

Les souvenirs des habitants relient ce bâti à la vie quotidienne, qui tourne autour des rares objets de la maison comme la cuisinière, la lessiveuse. Ils nous rappellent le quotidien de ceux qu’on appelait autrefois « les petites gens ».

RV dimanche 28 avril 9h03 sur RCF Haute-Normandie 88.1 FM pour l'émission « Patrimoines normands » https://rcf.fr/ecouter/rcf76rouen ; les émissions du mercredi 24 avril seront disponibles en podcast : https://rcf.fr/culture/patrimoine/patrimoines-normands

Association Patrimoine(s)