Les oriols à Rouen aujourd'hui

Aux XVe et XVIe siècles, le mot oriol désigne une petite pièce percée de fenêtres donnant des vues sur les alentours, un « bellevédaire estant au-dessus de l'escalier » ; le commandant Quenedey constate dans son livre sur l'Habitation rouennaise (1926) que l'oriol prit ensuite plus d'importance avec l'agrandissement de l'escalier, jusqu'à devenir une véritable construction indépendante au XVIIIe siècle, et qu'il est créé de préférence au sommet des escaliers droits ou à deux noyaux.

oriol

la suite de l'article est à lire en pages 72 à 80 du Bulletin 2008